vaccin pfizer biontech

Vaccin Pfizer : une paralysie de Bell après 2 doses


Des médecins britanniques viennent de signaler un cas de paralysie de Bell survenu après l’injection du vaccin Covid-19 de Pfizer. Le phénomène se caractérise par une paralysie d’un côté du visage.

Dans le rapport, les scientifiques affirment que l’incidence « suggère fortement un lien » entre le vaccin Pfizer-BioNTech et la paralysie de Bell.

vaccin pfizer
le rapport, les scientifiques affirment que l’incidence « suggère fortement un lien » entre le vaccin Pfizer-BioNTech et la paralysie de Bell.

« Un homme de 61 ans s’est présenté à la clinique d’urgence ORL avec une histoire de paralysie faciale unilatérale survenant peu de temps après chaque dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19.

Le premier épisode s’est développé 5 heures après la première dose et le second 2 jours après la deuxième dose », indique le rapport publié dans le BMJ, rapportant un cas de paralysie faciale après le vaccin Covid au Royal Surrey County Hospital NHS Foundation Trust de Guildford, au Royaume-Uni.

Les scientifiques suggèrent un lien entre ce phénomène et le vaccin Pfizer, mais rien ne le prouve pour l’instant.

« Nous décrivons le premier cas de paralysie de Bell survenu après chaque dose du vaccin COVID-19 approuvé au Royaume-Uni », rapportent les médecins.

Le patient ne pouvait pas manger ou boire correctement


Le patient de 61 ans a ressenti une faiblesse sur le côté droit de son visage cinq heures après avoir reçu la première injection du vaccin Pfizer, le 18 janvier 2021.

Six semaines plus tard

Un épisode plus sévère est survenu sur son côté gauche, deux jours après la deuxième dose. Le patient a eu des difficultés à avaler. Les médecins lui ont diagnostiqué une paralysie de Bell. La paralysie de Bell est une paralysie d’un côté du visage, qui survient lorsqu’un nerf facial est enflammé. En principe, ce phénomène se produit dans le cas d’une infection virale. Il en résulte une faiblesse et une incapacité à bouger un côté du visage.

Le patient n’avait jamais souffert de paralysie de Bell auparavant, mais il présentait plusieurs facteurs de risque de faiblesse faciale, notamment le diabète et l’hypertension artérielle. Son cas a été résolu par un traitement aux stéroïdes.

Deux semaines plus tard, « les symptômes s’étaient grandement améliorés et tout était presque revenu à la normale », rapporte le BMJ.

« Un vaccin peut provoquer une inflammation du nerf facial »


Il s’avère qu’un total de quatre cas ont été signalés dans l’essai qui a conduit à l’approbation du vaccin Pfizer-BioNTech. En 2004, un vaccin contre la grippe a été abandonné après avoir été lié à ce même effet secondaire.

Dans ce cas, les médecins du Royal Surrey County Hospital NHS Foundation Trust affirment que l’incidence « suggère fortement un lien » entre le vaccin Pfizer-BioNTech et la paralysie de Bell. Selon les scientifiques, le vaccin est susceptible de « provoquer une inflammation du nerf facial ou un œdème ».

Les médecins du Royal Surrey ont conclu que « l’apparition d’épisodes immédiatement après chaque dose de vaccin suggère fortement que la paralysie de Bell est attribuable au vaccin Pfizer-BioNTech, bien qu’un lien de causalité ne puisse être établi.

Cependant, même si le lien entre le vaccin et cette paralysie de Bell devait être prouvé, il s’agit d’un effet rare. On considère toujours que les avantages de la vaccination l’emportent sur ces risques.

Laisser un commentaire