officier chargé d assister les magistrats

Magistrat : propose sa fille de 12 ans sur un site libertin.

Un magistrat qui a offert sa fille mineure à des inconnus pour des relations sexuelles pourrait être jugé à Besançon début 2022.

Le Magistrat a été révoqué à la mi-juillet parce qu’il a reconnu les faits. Le juge est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en juin 2020, l’instruction est en cours.

salaire magistrat

Sa révocation est désormais officiel.

Le Conseil supérieur de la magistrature a rappelé un Magistrat de Dijon. Accusé d’avoir proposé à sa fille de 12 ans de la violer sur des sites de rencontres libertaires.

La commission disciplinaire du CSM, compétente à l’égard des magistrats, a pris connaissance d’une requête du ministère de la Justice. Qui a demandé le 17 juin la révocation le Magistrat Olivier B., 55 ans, déjà frappé d’une interdiction temporaire d’exercer la profession d’avocat pendant un an.

Le procès du Magistrat récemment révoqué de ses fonctions. Accusé d’avoir proposé des relations sexuelles en ligne à sa fille de 12 ans, devrait avoir lieu « début 2022 », a déclaré le procureur de Besanson, où l’affaire est instruite.

Le juge d’instruction vient de terminer son enquête et devrait décider d’ici « l’automne » s’il renvoie l’affaire devant le tribunal pénal. Si un procès a lieu, il devrait avoir lieu « au début de 2022 », a-t-il déclaré.

magistrat salaire

Il a reconnu les faits

13 juillet. Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a démis de ses fonctions le Magistrat de 55 ans. La révocation est la sanction disciplinaire la plus sévère qui puisse être imposée à un juge.

Juge professionnel et précédemment très apprécié, il avait auparavant occupé le poste de vice-président du tribunal de Dijon,  où il coordonnait le pôle des affaires familiales.

Le Magistrat a été arrêté le 4 juin 2020 et placé sous contrôle judiciaire.

Il a ensuite été inculpé de :

  • détournement de mineur
  • et de « provocation sans effet à commettre un viol et le délit d’abus sexuel », infractions passibles de dix ans d’emprisonnement.

Le Magistrat a reconnu les faits, mais a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait que de fantasmes qui ne se sont jamais réalisés.

Réunion annulée pour cause d’accouchement

Cependant, un rapport d’analyse de deux de ses smartphones, annexé au dossier en juin, réfute cette défense. Il en ressort qu’entre janvier 2020 et fin mai 2020, le Magistrat était en contact avec un « partenaire sexuel » avec lequel lui et son épouse se rendaient régulièrement dans le cadre d’une « relation échangiste ».

« A partir de 2020 »

Le Magistrat a proposé à cet homme des scénarios « impliquant sa femme et sa fille », poursuit le procureur. « Des nominations sont proposées » mais elles n’aboutiront pas à cause de l’emprisonnement, ajoute-t-il.

Un risque objectif de passage à l’acte

« Nous ne sommes pas en présence d’un simple et pur fantasme […] mais d’un risque objectif qu’il soit utilisé », a poursuivi le procureur, qui demandera le renvoi du juge « pour incitation au viol, agression sexuelle et viol sur mineur ».

robe magistrat

Toutefois, le procureur demandera le rejet de l’accusation de corruption de mineurs car l’adolescent n’a pas été agressé, a-t-il ajouté.

Des éléments nouveaux  » révélés par l’enquête »

Cette enquête judiciaire est désormais terminée.

« qu’il avait l’intention de poursuivre le juge pour « incitation à commettre un crime contre un mineur ». Ce qui entraîne une peine maximale de sept ans de prison. » a déclaré le procureur de Besançon, dans un communiqué publié vendredi

La révélation de cette sordide affaire a choqué le pays tout entier. Elle a envoyé des ondes de choc dans la pyramide du ministère de la justice.

magistrat dijon

Un éventuel procès « début 2022 » à Besançon

Vendredi, Etienne Manteaux, le procureur en charge du parquet de Besanson, a déclaré que l’enquête judiciaire lancée sur le Magistrat en juin était terminée.

« Des éléments nouveaux qui modifient la perception de cette affaire me conduisent à demander le renvoi de cet homme devant le tribunal correctionnel pour les faits d’incitation, qui n’implique pas d’influence, dans l’intention de violer, d’agresser sexuellement et de mutiler sa fille mineure », a-t-il déclaré.

L’infraction est passible d’une peine de sept ans d’emprisonnement. Si le juge d’instruction prend en compte ces recommandations dans les prochaines semaines, un procès pourrait se tenir « début 2022 à Besançon », indique Etienne Manteaux.

La pratique de l’échangisme évolue, « faisant craindre un changement d’attitude ».
Outre la découverte de « dizaines » de photos pédopornographiques, après l’examen des téléphones du juge de Dijon, le procureur a expliqué qu’il y avait eu un « contact récent » avec un habitant de la région parisienne. L’intéressé, interrogé par les enquêteurs, avait été invité par l’accusé à avoir des relations sexuelles consenties avec sa femme, qui est également juge.

« On constate qu’avec le temps, monsieur continue à franchir certaines limites, et d’une simple relation échangiste, il a ajouté des demandes spécifiques d’actes de domination envers sa femme », a déclaré Etienne Manteaux. « Un événement qui fait objectivement craindre que sa fille puisse être coupable », ajoute-t-il.

grille salaire magistrat

Deux examens psychiatriques avec des conclusions différentes

Le procureur bisontin s’est également appuyé sur les conclusions de deux examens psychiatriques. L’un d’eux confirme la version défendue par le Magistrat de Dijon selon laquelle il a été « profondément secoué psychologiquement ».

Lors de l’horrible affaire Bodein, dans laquelle ce dernier a été condamné à la prison à vie pour avoir violé et assassiné plusieurs enfants.

En revanche, le second rapport du psychologue ne soutient pas cette hypothèse, puisqu’il conclut à l’existence, selon Etienne Manteaux, d’un « problème sexuel généralisé qui doit être traité ».

En vue de la procédure judiciaire à venir, un administrateur ad hoc a été désigné pour représenter les intérêts de la fille du juge bourguignon. Cinq associations de défense des droits de l’enfant se sont également constituées parties civiles.

Laisser un commentaire