covid france

Covid-19 : tensions autour du projet de loi sanitaire

Samedi, 114.000 personnes ont manifesté dans toute la France contre le texte gouvernemental soumis au Conseil des ministres lundi, à l’Assemblée nationale mardi et au Sénat jeudi. Tout cela est pour la dernière passe ce week-end.

Le gouvernement fait une course contre la montre. Alors que l’épidémie de Covid-19 continue de se propager, l’incidence a atteint le seuil mortel de 50 cas positifs pour 100 000 habitants

« en augmentation de 80 % sur une semaine, du jamais vu depuis le début de la crise », selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, dans un entretien au Parisien et 12 532 cas positifs pour la seule journée de dimanche, le projet de loi « relatif à l’adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire » doit être présenté, lundi 19 juillet, en conseil des ministres.

Avant de passer le parlement, il sera à l’Assemblée nationale mardi et au Sénat jeudi. Tout cela est pour approbation finale ce week-end, après la réunion spéciale de juillet.

Si les administrateurs profitent du week-end pour clarifier la traduction législative du discours d’Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé dans le magazine du dimanche que seules les ventes de plus de 20.000 mètres carrés du centre devraient être affectées par l’extension de la santé.

Nul doute qu’il porte également une attention particulière au contexte particulièrement tendu entourant le texte de loi, qui devrait être l’avancée de la prévention de la variante Delta en France.

Cependant, selon les données du ministère de l’Intérieur, 114.000 personnes ont défilé samedi à travers le pays pour protester contre la vaccination obligatoire des agents de santé et l’extension des laissez-passer de santé.

covid 19 france

1 500 à 2 000 personnes a défilé du 14e arrondissement

A Paris, un cortège de 1 500 à 2 000 personnes a défilé du 14e arrondissement vers Jussieu faculté et personnel sous l’appel d’un « gilet jaune », entouré de grandes installations policières.

Des dizaines de personnes ont également participé à un rassemblement non autorisé organisé sur la place de la République, sans formulation évidente et un peu déroutante.

En fin d’après-midi, une cinquantaine de policiers présents sur les lieux ont procédé à un contrôle d’identité et évacué une partie de la place sans conflit apparent.

Parmi ces différents défilés, il y a aussi le défilé de Florian Philippot. Des milliers de manifestants, l’ancienne figure n°2 du Front national et le candidat annoncé à l’élection présidentielle de 2022, se sont rassemblés devant la direction de la santé pour le trente-cinquième samedi consécutif.

Ce que contient l’avant-projet de loi sanitaire

Prolongation des cartes sanitaires, vaccination obligatoire du personnel soignant, sanctions contre ceux qui s’opposent à la vaccination… Le Monde a accès aux textes gouvernementaux qui doivent être soumis au Conseil des ministres du 19 juillet. La traduction législative de l’annonce d’Emmanuel Macron pour améliorer la santé du pays se précise.

Selon le projet de loi soumis par le gouvernement au Conseil d’Etat pour commentaires, et plus ou moins suite à la déclaration du président de la République lundi 12 juillet, Le Monde a pu consulter le projet de loi. Cet « acte relatif à l’adaptation de nos outils de gestion des crises sanitaires » se compose de six articles.

covid france

Il a révisé le dernier texte sur les urgences sanitaires voté par le Parlement le 27 mai, puis a stipulé le retrait progressif du projet de loi. Le régime entrera en vigueur le 30 septembre 2021.

Désormais, l’administration envisage de le prolonger jusqu’au 31 décembre 2021.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a révélé l’information à la sortie du Conseil des ministres, mardi 13 juillet.

Les inquiétudes concernant la quatrième vague d’épidémies liées à la variante Delta ont incité l’administration à durcir ses politiques de santé avant la rentrée scolaire.

La vaccination obligatoire du personnel soignant est donc devenue la mesure phare de cet article, et le gouvernement espère la promulguer « début août ».

Le 15 septembre 2021

Tous les soignants qui n’ont pas été vaccinés devront arrêter les vaccinations. Si leur état n’est pas corrigé au bout de deux mois, ils risquent d’être licenciés.

A cela s’ajoute l’élargissement du passe sanitaire (vaccination complète, PCR négatif ou certificat de contamination) annoncé par Emmanuel Macron, pour les lieux et les établissements de loisir recevant plus de cinquante personnes, et ce, dès l’âge de 12 ans.

covid france


Le dispositif est mentionné dès l’article 1er de l’avant-projet de loi pour :

  • « les déplacements de longue distance par transport public au sein du territoire hexagonal »,
  • l’accès à « des activités de loisir », « de restauration ou de débit de boisson »,
  • « les foires ou salons professionnels, les services et établissements accueillant des personnes vulnérables, sauf en cas d’urgence et les grands établissements et centres commerciaux ».

Une réflexion sur « Covid-19 : tensions autour du projet de loi sanitaire »

Laisser un commentaire